Les liens entre santé orale et santé générale

La Dent Bleue pour une réelle intégration de la santé orale dans le champ de la santé publique.

 

Santé orale et santé générale

 

 

Dans notre système de santé moderne, la tendance est de considérer la santé buccale et la santé générale comme deux domaines distincts, sans lien apparent entre eux. Cependant, les recherches les plus récentes étayent ce que certains professionnels de santé avancent depuis de nombreuses années : la bouche et le corps sont étroitement connectés. En d’autres termes, ce qui se passe dans la bouche a des répercussions sur l’ensemble de notre corps.
Si vous avez déjà pensé que la maladie des gencives ou les caries multiples étaient des problèmes se limitant à la bouche, vous serez surpris de découvrir que ce n’est pas le cas. Dans cet article, nous allons explorer le lien entre la santé buccale et la santé générale, en mettant en lumière les façons dont la santé buccale peut affecter des localisations distantes dans notre corps.

 

Pourquoi le lien entre la bouche et le reste du corps est-il si important ?

Cette relation est souvent liée au microbiome buccal naturel, composé de bactéries. Lorsque le microbiome buccal est en équilibre, les bactéries utiles et inoffensives empêchent les bactéries pathogènes (responsables de maladies) de proliférer. Cependant, si ces « mauvaises bactéries » prennent le dessus, elles peuvent alors causer des caries, des problèmes de gencives (gonflement, infection, récession), une mauvaise haleine et d’autres problèmes buccaux. De plus, si bactéries voyagent vers d’autres parties du corps, elles peuvent y causer des ravages.

 

Signes d’une Mauvaise Santé Buccale

Selon une étude américaine, 47 % des personnes de plus de 30 ans ont une maladie parodontale, et ce chiffre augmente avec l’âge, touchant près de 70 % des adultes de plus de 65 ans (dans les populations étudiées). Cette situation est préoccupante car la maladie parodontale peut entraîner la perte de dents. En outre, d’autres études ont suggéré que les bactéries peuvent se propager et affecter d’autres organes comme le cœur et les poumons.

Cependant, la maladie parodontale n’est pas le seul signe de mauvaise santé buccale auquel il faut prêter attention. La sensibilité soudaine aux températures chaudes et froides peut être le signe d’un abcès dentaire, une infection près de la racine de la dent qui peut nécessiter un traitement de canal. De plus, la fièvre, des ganglions lymphatiques douloureux, associés à une douleur dentaire intense et un gonflement du visage peuvent également être des signes qu’il est temps de consulter rapidement un professionnel, car les abcès dentaires peuvent être dangereux.

Une mauvaise haleine persistante peut à elle seule fournir un indicateur précoce que le microbiome bascule vers une situation préjudiciable, même si les caries et la maladie des gencives n’ont pas encore commencé à se manifester de manière visible.
Des plaies dans la bouche qui ne guérissent pas peuvent signaler une mauvaise santé buccale, mais également des maladies de type diabète voire même un cancer. D’autres symptômes tels que les douleurs à l’oreille, l’enrouement, un gonflement de la mâchoire, des engourdissements de la langue, des difficultés à avaler ou à bouger la mâchoire, peuvent également être des symptômes de diverses maladies.

Parmi les autres signes d’une mauvaise santé buccale, nous pouvons citer :
– Des douleurs pendant la mastication
– Des dents sensibles à la pression
– Des gencives qui se sont éloignées de vos dents
– Tout changement dans la façon dont vos dents s’emboîtent lorsque vous mordez (notamment un défaut d’occlusion).

 

La Mauvaise santé dentaire et ses possibles corrélats pathophysiologiques

La connexion bouche-corps est susceptible d’avoir des conséquences s’exprimant bien au-delà de la cavité buccale.

Maladies Cardiaques :

La maladie des gencives est considérée de longue date comme étant un facteur de risque pour les maladies cardiaques, bien que certaines études soutiennent que les deux affections pourraient en réalité être des comorbidités, c’est-à-dire qu’elles surviendraient en parallèle chez la même personne, sans avoir nécessairement de relation de cause à effet. En dépit de cette controverse, il semble raisonnable de considérer qu’il puisse exister un lien entre la maladie parodontale et le développement de maladies cardiaques, principalement parce que des bactéries buccales ont été retrouvées dans la plaque artérielle du cœur chez certains patients.

Naissances Prématurées :

Plusieurs études ont suggéré que la maladie parodontale pourrait être un facteur de risque de naissances prématurées, car l’inflammation associée à la maladie parodontale déclenche une réponse immunitaire chez les femmes enceintes. Cette relation causale est probablement exacerbée par le fait que de nombreuses femmes enceintes pensent que les soins dentaires pendant la grossesse sont dangereux, ce qui peut les amener à repousser leur traitement, alors qu’il est important au contraire d’étudier leur situation au cas par cas. De plus, on peut regretter que certains pays ne proposent pas de soins dentaires dans le cadre des soins maternels pour les femmes à faibles revenus.

Démence :

Une étude menée sur les cerveaux d’une cohorte limitée de patients atteints de démence a révélé la présence d’une bactérie spécifique de la maladie des gencives, Porphyromonas gingivalis, un germe pathogène à l’origine des maladies parodontales. Cette bactérie a été retrouvée dans quatre cerveaux sur dix. Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour mieux comprendre la relation potentielle entre les bactéries buccales et la maladie, ce résultat a conduit les chercheurs à inférer qu’une exposition régulière aux bactéries de la maladie des gencives pouvait contribuer à la démence. La bactérie P. gingivalis a également été associée à d’autres pathologies telles que les maladies cardiovasculaires, le diabète et plus récemment, la maladie d’Alzheimer.

Diabète :

Combattre les infections de toutes sortes rend plus difficile pour le corps de maintenir une glycémie équilibrée. En effet, pendant une maladie, le foie libère plus de glucose pour donner à l’organisme l’énergie nécessaire pour se défendre, et en même temps, les hormones du stress rendent les cellules plus résistantes à l’insuline. Cette combinaison peut faire monter la glycémie. Comme la maladie parodontale est une infection des gencives, ce même processus peut se produire chez les personnes atteintes de parodontite. De plus, la relation semble réciproque : les personnes ayant un mauvais contrôle de la glycémie développent également plus de maladies des gencives.

Infections Respiratoires :

De nombreuses études ont trouvé des liens possibles entre une mauvaise santé buccale et des maladies respiratoires. L’une d’elles s’est par exemple concentrée sur des patients gravement malades sous respirateur à l’hôpital. Lorsque les médecins ont éliminé les bactéries buccales de ces patients avec un puissant bain de bouche, le risque de développer une pneumonie a diminué. Bien que l’utilisation de bains de bouche conventionnels ne soit pas recommandée car ils peuvent détruire les « bonnes » bactéries avec les « mauvaises », cela confirme que la santé buccale d’un patient peut avoir un impact majeur sur son risque d’infection respiratoire, en particulier lorsqu’il s’agit de patients hospitalisés. Ceci étant, même de petites améliorations de la santé buccale pourraient avoir un impact notable sur les patients atteints de pneumonie. En effet, la bouche, en particulier la plaque autour des dents, héberge souvent des bactéries qui peuvent être inhalées et infecter les voies respiratoires. Alors qu’il convient d’utiliser avec précaution les bains de bouche antiseptiques*, maintenir une bouche saine et exempte de plaque pourrait favoriser notre santé respiratoire, en plus de notre santé buccale.

En prenant soin de votre bouche au travers d’une bonne hygiène dentaire, vous prenez soin de l’ensemble de votre corps. Réciproquement, veiller à une alimentation adéquate, à un sommeil suffisant et de qualité aident à préserver l’équilibre de votre microbiome buccal pour favoriser une santé globale. Vous avez ainsi la possibilité d’améliorer votre bien-être général en commençant par votre sourire.

* Certaines pâtes dentifrices et bains de bouche peuvent être nocifs pour le microbiome buccal car ils détruisent les bonnes bactéries en même temps que les mauvaises. De plus, l’alcool, un ingrédient courant dans les bains de bouche, peut aggraver la mauvaise haleine qu’il prétend améliorer, car il assèche la bouche, ce qui peut perturber le pH de la bouche et l’équilibre du microbiome buccal, les deux pouvant causer la mauvaise haleine. Soyez attentif aux ingrédients problématiques, tels que le dioxyde de chlore, la chlorhexidine, le cocamidopropyl bétaïne, les parabènes, le poloxamère 407, le formaldéhyde et la saccharine.

Sources: (1, 2, 3, 4)

 

Par: Mélanie E.

La Dent Bleue, première association française créée par et pour la patientèle du dentaire | associationladentbleue@gmail.com

La Dent Bleue alerte sur une pratique dangereuse.

Les risques méconnus de limer des dents saines pour poser des “facettes” qui sont en réalité des couronnes dentaires.

 

 

Les traitements esthétiques dentaires sont de plus en plus populaires, notamment sur les réseaux sociaux avec de nombreuses personnes cherchant à améliorer l’apparence de leur sourire. Parmi ces traitements, la pose de “facettes” dentaires est souvent proposée comme une solution pour obtenir un sourire “hollywoodien”. Cependant, il est essentiel de comprendre les risques associés à ce type d’intervention, en particulier lorsque les “facettes” proposées sont en réalité des couronnes dentaires.

 

La différence entre les facettes et les couronnes dentaires

Il est essentiel de faire la distinction entre les facettes dentaires et les couronnes dentaires. Les facettes sont des coquilles minces en porcelaine ou en composite qui sont fixées sur la surface visible des dents après les avoir limées de façon très superficielle. Le but des facettes étant de masquer les imperfections. Les couronnes dentaires, également appelées “caps”, sont des prothèses : elles recouvrent entièrement la dent et sont généralement utilisées pour restaurer des dents gravement endommagées ou affaiblies. Les couronnes nécessitent donc un meulage tout autour de la dent.

 

Une tendance qui s’est développée sur les réseaux sociaux

Certaines cliniques peu scrupuleuses ont donc rapidement tiré profit de cette opportunité, car la pose de couronnes dentaires rapporte davantage que celle de facettes. Ainsi, une forme de tourisme dentaire a vu le jour dans certains pays (comme la Turquie), proposant des séjours tout inclus où n’importe qui peut bénéficier de ces “soins” dentaires, voire d’autres interventions esthétiques si elle/il le souhaite ou le peut financièrement. Sur Instagram, de nombreuses cliniques adoptent cette stratégie en demandant aux influenceurs.es de publier des vidéos arborant leur nouveau sourire, afin de faire la promotion de leur établissement. En retour, ces cliniques offrent des réductions sur les traitements dentaires et parfois même des codes promo à leurs abonnés.

 

Les risques de limer ses dents pour poser des couronnes

Limer des dents saines et naturelles en “dents de requin” pour poser des couronnes est une pratique extrêmement risquée.

Pour que les couronnes puissent être placées correctement, une quantité significative de la structure dentaire saine doit être retirée. Cela peut entraîner plusieurs problèmes potentiels :

  • Sensibilité accrue : Lorsque l’émail protecteur est retiré, la dent devient plus sensible aux changements de température et aux stimuli externes, ce qui peut causer de l’inconfort et même des douleurs.
  • Perte permanente de structure dentaire : Une fois que la structure dentaire naturelle a été limée, elle ne peut pas être restaurée. Vous dépendrez alors des couronnes dentaires toute votre vie.
  • Incompatibilité esthétique : Les couronnes peuvent sembler plus épaisses et moins naturelles que les dents naturelles, ce qui peut affecter l’esthétique globale de votre sourire.
  • Coût à long terme : Les traitements de remplacement des couronnes peuvent être coûteux à long terme, et les complications potentielles peuvent entraîner des dépenses supplémentaires.

Les risques sont clairs, les dentistes n’y vont pas par quatre chemins, prédisant le pire en évoquant le cas d’un jeune patient qui a subi la pose de couronnes dentaires et dont toutes les dents se sont cariées jusqu’à la racine au point de nécessiter leur extraction. Ce patient s’est donc retrouvé avec un dentier à l’âge de 30 ans.

En résumé, rien ne vaut votre sourire au naturel même avec ses imperfections !

 

Par: Mélanie E.

La Dent Bleue, première association française créée par et pour la patientèle du dentaire | associationladentbleue@gmail.com

La Dent Bleue a apporté son éclairage lors de la rédaction d’un article du magazine Solutions – cabinet dentaire, destiné aux professionnels du secteur.

Solutions Cabinet dentaire – Solutions Cabinet dentaire – France – jeudi 2… 48-51

L’article, intitulé “Ces 8 choses que vos patients détestent au cabinet” part de l’expérience-patient pour tirer les leçons de ce qui devrait être amélioré lors d’une consultation ponctuelle chez le dentiste ou à l’occasion d’une série de soins dentaires.

 

La Dent Bleue, première association française créée par et pour la patientèle du dentaire | associationladentbleue@gmail.com

La Dent Bleue a participé à la préparation et au tournage de la dernière émission de Cash Investigation sur France 2, présentée par Elise Lucet, sur le thème: “Hold-up sur la Sécu : à qui profite la fraude ?”

Montpellier, le 12 décembre 2022.

L’association La Dent Bleue a collaboré avec l’équipe de Cash Investigation pour la réalisation de l’excellent reportage de Donatien Lemaître sur la fraude à la Sécurité Sociale: “Hold-up sur la Sécu : à qui profite la fraude ?” Focus sur les centres de santé visés par une nouvelle proposition de loi (présentée par La Députée Mme Fadila Khattabi), que nous avons contribué à amender (suite à notre audition par la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale, voir nos précédents posts). Reportage suivi d’un plateau en direct avec plusieurs autres invités. Merci à Donatien Lemaître, Elise Lucet, Véronique et toute l’équipe de Cash Investigation pour leur accompagnement bienveillant et intelligent.

Sur les centres dentaires (docu)

Nous décortiquons le montage financier de la franchise de centres dentaires à bas coûts “Dentego” et découvrons le cas de Cilaé à travers un témoignage édifiant. Abdel Aouacheria dénonce le risque de dérive mercantile liés aux centres de santé dentaire associatifs. Christine Teilhol livre ensuite un témoignage d’une rare intensité à l’occasion du plateau.

Pour un résumé, lire par exemple cet article.

Les invités (plateau)

– Pierre Schmidt, chirurgien-dentiste, secrétaire général de l’Union Dentaire.
– Christine Teilhol, intervenant en tant que victime de Dentexia.
– Abdel Aouacheria, fondateur du Collectif contre Dentexia et de l’association La Dent bleue.
– Fadila Khattabi, députée de la Côte-d’Or, présidente de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale.
– Frédéric Bizard, économiste spécialiste de la protection sociale et de la santé.
– Benjamin Sablier, délégué syndical CGT (CPAM Bouches-du-Rhône).

 

 

Christine Teilhol, La Dent Bleue

Christine Teilhol dans les coulisses du plateau de Cash Investigation (Paris, déc. 2022).

 

Solidairement,

La Dent Bleue, première association française créée par et pour la patientèle du dentaire | associationladentbleue@gmail.com

La Dent Bleue relaie une sollicitation d’un grand média TV (chaîne de télévision généraliste nationale) à la recherche de témoignages de victimes de blanchiment dentaire.

Montpellier, le 20 septembre 2022.

La dentisterie esthétique peut coûter cher au patient, à qui on peut promettre monts et merveilles pour avoir un sourire de 12 dents blanches bien alignées. Parfois les choses tournent mal: mortification dentaire, inflammation des gencives, rappelant que le blanchiment dentaire est un acte de dentisterie esthétique médicale.

Merci de nous contacter si vous ou une personne de votre entourage souhaitez témoigner en tant que victimes des conséquences délétères d’un blanchiment dentaire (en bar à sourire, à l’aide de produits achetés sur internet ou après un passage en cabinet).

Les personnels exerçant dans les bars à sourire ou en cabinet, et les distributeurs de kits et de stylos blanchissants sont également invités à nous contacter via notre plateforme anonyme et sécurisée Dental Leaks.

 

 

 

Solidairement,

La Dent Bleue, première association française créée par et pour la patientèle du dentaire | associationladentbleue@gmail.com

La Dent Bleue collabore activement au Hors-série “Spécial dents. Prévenir et soigner” de 60 millions de consommateurs.

Montpellier, le 20 septembre 2022.

L’association La Dent Bleue a apporté son aide au montage et à la rédaction de plusieurs sujets parus dans le Hors-série N° 215 “Spécial dents. Prévenir et soigner” (octobre 2022).

Implants, prothèses, produits efficaces ou nocifs, choix d’un dentiste… Un hors-série complet pour mieux prendre soin de ses dents en payant moins cher…

Nos sincères remerciements à la Rédactrice en chef Sophie COISNE et aux journalistes qui ont confectionné ce numéro pour leur confiance et leur professionnalisme.

 

 

Sommaire HS215 60 millions consommateurs

 

Solidairement,

La Dent Bleue, première association française créée par et pour la patientèle du dentaire | associationladentbleue@gmail.com

CONSEILS POST-OPERATOIRES

Une intervention de chirurgie buccale nécessite certaines précautions post-opératoires pour assurer une cicatrisation rapide et éviter les complications.

Recommandations :

  • Il est préférable de prendre un peu de repos et éviter les efforts physiques violents.
  • Faire attention à ne pas se mordre la zone anesthésiée (joue, lèvre, langue)
  • Hygiène buccale : éviter le brossage (par brossettes et fil dentaire inclus) de la zone opérée jusqu’à la dépose des fils de suture. Faites les bains de bouche prescrits délicatement et appliquer le gel antiseptique . Après la dépose des points de suture, commencez le brossage avec une brosse post-chirurgicale prescrite (à acheter en pharmacie) et un geste léger pendant 7 jours.
  • Tabac : Fumer nuit à la cicatrisation et favorise les complications post-opératoires (infections, hémorragie…)
  • Alimentation : mangez des aliments nourrissants (vitaminés) mais mous, comme des œufs, de la viande hachée, des pâtes, de la purée, des fromages, des compotes. Evitez les aliments bouillants ou trop chauds, acidulés, pimentés et durs pouvant agresser la zone opérée.
  • Œdème : une intervention de chirurgie buccale peut entraîner une tuméfaction (gonflement de la joue ou de la lèvre) plus ou moins importante. C’est une réaction normale de l’organisme traitée par des médicaments anti-inflammatoires qui vous ont été prescrits. Pour limiter l’œdème, vous devez appliquer une vessie de glace (ou des glaçons enveloppés dans un linge) sur le côté du visage opéré, pendant une dizaine de minutes plusieurs fois par jour et ce pendant les 48 heures suivant l’intervention. N’utilisez pas de compresse chaude. Reposez-vous dans un endroit frais pas trop proche d’une source de chaleur (ex : radiateur), la tête et le buste surélevés par des coussins afin de favoriser le drainage de l’œdème (surtout la nuit). Les expositions prolongées au soleil sont vivement déconseillées. L’œdème éventuel commencera à disparaître entre le troisième et le septième jour suivant l’intervention. L’œdème est souvent associé à un hématome, coloration brune pouvant s’étendre largement au niveau du visage et du cou.
  •  Léger saignement : un saignement éventuel peut persister pendant les premières 24 heures. S’il devenait important, restez calme et placez directement sur la zone qui saigne 1 ou 2 compresses de gaze stériles et maintenez une pression ferme (avec les dents ou le doigt) pendant 10 minutes au moins. – Evitez les bains de bouche violents qui risquent de déplacer ou décoller le caillot sanguin. Evitez tout mouvement de succion, d’exploration de la plaie avec la langue ou les doigts. Il est déconseillé de fumer et de consommer des boissons alcoolisées ou des liquides chauds. – Si malgré ces précautions le saignement persiste, restez calme et prévenez votre cabinet dentaire ou, éventuellement en cas de problèmes majeurs prévenez les services hospitaliers d’urgence.
  • Douleur : elle peut survenir après une intervention de chirurgie buccale. Son intensité est très variable d’une personne à une autre et selon la nature de l’intervention. Elle est traitée par les médicaments qui vous ont été prescrits par le praticien ou son équipe médicale. Si la prescription s’avère insuffisante ou si vous souffrez de façon intense pendant plus de 48 heures, veuillez nous appeler au cabinet.
  • Vous venez d’avoir une greffe de gencive : la plaque palatine permet de protéger le site du palais pour favoriser la cicatrisation et diminuer la douleur par le contact permanent de la langue et des aliments. Elle ne doit pas être enlevée pendant les premières 24 heures qui suivent l’intervention. Ensuite, vous la nettoierez en la laissant tremper 15 minutes dans du bain de bouche et en la brossant puis vous la porterez à nouveau pendant 24 heures. Ensuite vous pourrez ne la mettre que si vous en ressentez le besoin (pour les repas par exemple.
  • Vous venez d’avoir une greffe au niveau du sinus : appliquer le spray nasal prescrit. Il est formellement contre-indiqué de se moucher (la surpression peut disperser le comblement dans la totalité du sinus). Eternuer bouche ouverte (ne pas se retenir). Un saignement nasal peut survenir et persister pendant 48 heures. Eviter si possible de prendre l’avion pendant les 3 semaines qui suivent l’intervention. Par ailleurs, la pratique de la plongée est contre-indiquée pendant 15 jours.
  • Vous venez de bénéficier d’un protocole accéléré : nous vous rappelons que les implants ne sont pas encore cicatrisés et demandent une attention particulière pendant 5 mois.
  • Vous avez eu une prothèse provisoire remplaçant une mâchoire complète : une alimentation molle (pâtes, riz, poisson, viande hachée…) est préconisée et il est formellement interdit de croquer pendant 5 mois.
  • Vous avez eu une prothèse provisoire remplaçant une ou quelques dents : il est formellement interdit de les solliciter pendant 5 mois.
  • Dans tous les cas, une hygiène minutieuse associée à un jet dentaire est conseillée.
  • Il indispensable de réaliser des visites régulières afin de contrôler la cicatrisation des implants.

CONSEILS PRE-OPERATOIRES

Une intervention de chirurgie buccale nécessite certaines précautions préopératoires pour assurer une cicatrisation rapide et éviter les complications.

Il est recommandé :

  • de ne pas prendre de médicaments à base d’aspirine avant l’intervention sauf si la prescription est médicale et liée à une pathologie cardiovasculaire ;
  • de ne pas oublier de prendre le médicaments prescrits ;
  • de ne pas être à jeun et préparer un repas énergétique de consistance molle pour après l’intervention ;
  • de ne pas prévoir une activité physique ou professionnelle intense dans les 24 heures suivant l’intervention.

Il est déconseillé de consommer des boissons alcoolisées au moins le jour de l’intervention et de fumer pendant les jours suivant l’intervention.

Si une pathologie générale (grippe, fièvre, etc…) est apparue depuis le dernier rendez-vous, si vous vous posez la moindre question, n’hésitez pas à appeler le cabinet.

Il est normal d’éprouver un peu d’anxiété avant une chirurgie, si c’est le cas, il existe des traitements adéquats, parlez-en à votre cabinet dentaire. Ces traitements impliquent généralement de s’abstenir de conduire et de trouver un.e accompagnant.e.

Le jour de l’intervention :

  • Préférez une tenue confortable,
  • Venez rasé
  • Evitez de vous maquiller
  • Vous serez revêtue d’une blouse stérile et des champs opératoires recouvrirons votre corps et votre visage, si vous êtes claustrophobe précisez-le à l’équipe médicale, des solutions existent.
  • Pendant l’intervention, vous devrez rester immobile et ne pas passer les mains au dessus des champs stériles
  • Après l’intervention vous serez gardé.e en observation une demi-heure ou plus.

CONSEILS DE BROSSAGE

Le brossage des dents est le principal traitement de la maladie parodontale. il est donc fondamental d’y apporter un soin particulier.

Il est important de rappeler que ce n’est pas la force appliquée n’y la dureté du poil de la brosse à dents qui font l’efficacité, mais la technique de brossage.

Dans tous les cas, seule une brosse à dents souple est recommandée.

Les brosses à dents électriques sont un atout majeur dans la suppression de la plaque bactérienne, nous vous encourageons à l’utiliser.

Il est préconisé 3 brossages par jour pour les patients atteints de pathologie parodontale.

Le soir, nous conseillons d’appliquer le protocole d’hygiène particulier suivant :

  • Déposer deux gouttes de révélateur de plaque dentoplaque INAVA sous la langue et visualiser les zones colorées sur les dents et les gencives.
  • Brosser toutes les surfaces colorées avec la brosse à dents trempée dans le bain de bouche pur. Ne pas oublier de brosser la partie interne des arcades dentaires, moins visible et plus difficile d’accès.
  • Passer le fil interdentaire entre chaque dent.
  • Passer la brossette interdentaire trempée dans l’eau oxygénée à 5 volumes entre chaque dent ainsi que sous les intermédiaires de bridge.
  • Reprendre la brosse à dents avec le dentifrice de votre choix et brosser à nouveau.
  • Finir par un bain de bouche.Le révélateur de plaque n’a qu’un but pédagogique : dès que vous avez appris à repérer la plaque bactérienne, ce n’est plus la peine de l’utiliser. De temps en temps, vous pouvez vérifier à la fin du brossage avec le révélateur que celui-ci a été efficace.

Nous vous rappelons que cette hygiène particulière doit être constamment mise en œuvre.

 

 

“Comment choisir son dentiste ?”

“Le bouche à oreille est utile, mais il ne faut pas hésiter à rencontrer plusieurs praticiens.”

Ces titre et sous-titre sont ceux d’un article paru dans Le Figaro Santé, actuellement en kiosque (Janvier-Mars 2022), et qui consacre un numéro aux médecines complémentaires. Retrouvez l’avis et les recommandations de La Dent Bleue dans le texte intégral.

 

Solidairement,

 

La Dent Bleue

28 janvier 2022

associationladentbleue@gmail.com

 

Autres articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je m'abonne 
à la Newsletter
Une production geraldmorales.eu